Bienvenue à Martigny les bains

MARTIGNY LES BAINS - REVUE DE PRESSE

<< Novembre 2018 >>
LuMaMeJeVeSaDi
1
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

4834 articles publiés

Les articles sont disponibles sur internet 7 jours après leur date de publication par la presse régionale.

Afficher :

Rechercher le ou les mots-clés suivants :

Tout afficher

Tout est prêt pour les cérémonies du centenaire. VOSGES MATIN du 10-11-2018

Ces derniers jours, en vue des cérémonies du 11 novembre, les employés des services techniques de la mairie ont été mobilisés pour nettoyer les abords du monument aux morts. Récemment, les lettres du monument, aux noms des 64 jeunes gens du village tués au combat et morts pour la France pendant la guerre 1914-1918, avaient été repeintes pour ce centenaire. Les tombes du cimetière militaire ont aussi eu droit à toute l'attention des employés.

Bienvenue à Madison. VOSGES MATIN du 09-11-2018

Madison est venue égayer le foyer de Rodolphe Bouillet, conseiller funéraire et de Marjorie Bierren, tous deux domiciliés rue Alexandre-Chapier. La joie est grande pour sa petite sœur Shann, âgée de 3 ans. Madison est née à Epinal le 11 octobre, elle pesait à la naissance 3.155 kg et mesurait 48 cm. Bienvenue à Madison et félicitations aux parents.

La municipalité rassemble et remercie les aînés de la commune. VOSGES MATIN du 08-11-2018

Le repas annuel offert par la municipalité est aussi un geste de reconnaissance de cette dernière envers les Octoduriens qui souvent se sont dévoués durant leur vie active en organisant ou participant à diverses animations de la cité. Les plus de 70 ans, dont les doyens Gilbert Janvre et Jannine Humbert (notre photo), ont apprécié le geste et le moment comme il se devait.

Les enfants célèbrent la fête d'Halloween. VOSGES MATIN du 07-11-2018

Comme chaque année, les habitants du village ont tremblé quand dès la nuit tombée, les rues du village se sont animées. Une animation bien particulière qui en a fait frissonner plus d'un. Les enfants ont frappé aux portes afin de réclamer des bonbons ou de jeter un sort. Les villageois ont rempli les escarcelles de bonbons, guimauves ou chocolat. La tradition d'Halloween à donc été respectée, pour le plus grand bonheur des petits gourmands.

Simone Fritsch nous a quittés. VOSGES MATIN du 07-11-2018

Nous avons appris le décès de Simone Fritsch, la doyenne du village. Née Courville le 25 février 1924 à Saint-Martin-d'Aspres, dans l'Orne, elle était la quatrième d'une famille de six enfants. Au décès de son père en 1933, elle a été recueillie par son oncle qui habitait Martigny. Elle a ensuite été engagée par M. et Mme Toussaint pour s'occuper des enfants de la famille.

En 1945, elle a épousé Charles Fritsch, une jeune alsacien qui durant toute la guerre était resté à Martigny pour ne pas retourner dans l'Alsace annexée par les Allemands. Le couple s'est ensuite installé à Strasbourg, où Charles est entré à la SNCF. Deux enfants sont nés de cette union : Dominique et Marie-José.

Les époux sont retournés à Martigny-les-Bains ou moment de la retraite. Simone Fritsch a eu la douleur de perdre son mari en 1985. Elle a surmonté son chagrin grâce au soutien de ses voisins et à son implication dans diverses associations du village. Ses obsèques seront célébrées ce vendredi 9 novembre, à 14 h 30 en l'église de Martigny-les-Bains. Nos condoléances.

Pour un voisinage utile ! En rencontrant les habitants, la gendarmerie a pu leur présenter le dispositif de participation citoyenne, mais aussi évoquer avec la municipalité la possibilité d'autres actions de sensibilisation.. VOSGES MATIN du 06-11-2018


Venus en nombre, les habitants étaient à l'écoute et très intéressés par ce dispositif.

La localité n'échappe pas aux méfaits. D'où l'instauration du dispositif de participation citoyenne, anciennement " voisins vigilants ". Et de la récente rencontre des représentants de la gendarmerie avec les habitants.

Invités par le maire Didier Humbert, l'adjudant chef Isabelle Desseaux, adjointe du commandant de la brigade de Darney, et l'adjudant Daniel Laurent de la brigade de Lamarche rappelaient à la population le principe du dispositif. Le but est d'associer les habitants à la protection de leur environnement et les encourageant à adopter une attitude vigilante et solidaire. Celle ci consiste à prévenir les forces de l'ordre de tout fait particulier qui leur semble insolite (présence suspecte d'un véhicule, d'un individu), à se méfier des démarcheurs commerciaux ou des bruits anormaux, de bien fermer son habitation en cas d'absence et de ne pas laisser de clés sur les véhicules, d'être solidaire en cas d'absence d'un voisin, ou d'être attentif aux maisons inhabitées et aux personnes seules. Une bonne relation entre la population et les gendarmes est souhaitée afin que ces derniers puissent intervenir au plus vite. Pour ce faire, un numéro : le 17. Etait également rappelé le dispositif " tranquillité vacances ", qui peut être sollicité tout au long de l'année en prévenant la gendarmerie qui veillera sur votre habitation pendant votre absence.

D'autres interventions ? Lors de cette réunion, la gendarmerie a proposé à la municipalité d'offrir aux habitants d'autres interventions, telles que le code de la route avec une petite vidéo.

Didier Humbert, vice-président de l'intercommunalité. VOSGES MATIN du 05-11-2018


Didier Humbert occupe désormais la fonction de vice-président au sein du conseil communautaire.

Agé de 56 ans et père de quatre enfants, Didier Humbert, qui exerce la profession d'inséminateur chez Elit, vient d'être élu au poste de vice-président de la communauté de communes des Vosges côté Sud-Ouest. Ravi de ce nouvel engagement, il a fait savoir qu'il rencontrerait le personnel des crèches, des haltes-garderies et des écoles dans les semaines à venir pour prendre les mesures nécessaires à leur bon fonctionnement. Maire de Martigny-les-Bains depuis 2014 mais élu depuis 1995 comme conseiller municipal puis adjoint, Didier Humbert fut aussi membre du syndicat intercommunal du développement du canton de Lamarche de 1995 à 2003 et vice-président de la communauté de communes des Marches de Lorraine de 2008 à 2017.

Les séances de yoga : que du bonheur !. VOSGES MATIN du 04-11-2018

Le yoga tient bien sa place au village. L'association des Familles rurales est l'instigatrice de ce sport dont le succès est incontestable avec des adeptes des villages environnants. Marie-Jo Migeot, professeur diplômée, est attentive au bien-être des participantes qui partagent ainsi des moments sympathiques. Cette discipline du corps et de l'esprit offre des exercices variés et une certaine technique des pratiques respiratoires, de méditation et surtout de relaxation. Cette gymnastique douce regroupe environ quinze adeptes de la localité et des villages environnants. Les cours sont dispensés le jeudi à 10 h à la salle d'activités et restent ouverts aux nouveaux venus.

Patrimoine : des bénévoles dévoués et estimés. VOSGES MATIN du 04-11-2018


Les bénévoles de l'association environnement et patrimoine font preuve d'un dévouement sans limite pour l'entretien du parc.

Pour faire le point sur l'année passée, les membres bénévoles de l'association Environnement et patrimoine ont tous répondu présent lors de l'assemblée générale. Sylvette Dupont, la présidente, tenait à remercier cette équipe dynamique qui assure son rôle avec sérieux.

Six hectares à entretenir. - L'entretien du parc thermal, le fleurissement des massifs qui est en augmentation chaque année ainsi que le vandalisme constaté pour le nouveau massif et les balustres étaient à l'ordre du jour. Le parc qui a retrouvé son aspect primitif représente une superficie de six hectares, ce qui demande des heures de présence. De nombreux touristes. - Les permanences pour les visites au pavillon des sources pendant la saison estivale mobilisent aussi plusieurs membres. Les visiteurs sont nombreux à faire un arrêt aux deux sources lithinée et savonneuse. Les exposants de tableaux, peintures, sculptures sur bois et cadres en pâte à sel, les dentellières, ont eu un succès assuré tout au long de l'été. Le marché de pays pendant la belle saison donne une animation supplémentaire.

Un repas pour remercier les bénévoles. - Le bilan financier est bien équilibré. Cotisations et cartes d'adhérents permettent quelques achats pour l'entretien du parc. Un repas convivial sera organisé le dimanche 11 novembre pour réunir les personnes bénévoles. Liliane Gérard, responsable du livre d'or a fait part des commentaires qui y sont inscrits. Ils reflètent les richesses du village, un site reposant, calme et agréable à découvrir. Du nouveau au bureau. - Un nouveau secrétaire adjoint fut élu à l'unanimité : Bruno Diez. Agnès Bigé, qui passe donc la main, reste cependant au conseil d'administration. La présidente reste Sylvette Dupont, secondée par Gérard Sancho. La trésorerie est à la charge d'Hervé Douce et Sébastien Michel, tandis que le secrétariat incombe à Sylvie et Bruno Diez.

Eté meurtrier, cimetière déplacé. VOSGES MATIN du 03-11-2018


Le nouveau visage de l'église après le déplacement du cimetière.

Pendant cette période des fêtes de la Toussaint, la rue Maubertier (anciennement Rue de Morizécourt) connaît une grande affluence de voitures ou de piétons qui se rendent au cimetière de la commune afin de rendre hommage à leurs défunts. Le même rituel a lieu dans tous les villages des Vosges mais, bien souvent encore, le cimetière se trouve aux abords de l'église. Ce fut le cas aussi dans le village jusqu'en 1854, année qui a marqué l'histoire de la localité. Petit retour en arrière. Après un hiver sec et rude, tout semblait annoncer un printemps favorable en cette année 1854. Dès le mois de mars " la végétation marchait à grands pas " et avril était un véritable mois de juin où " tout était fleuri ", comme l'expliquent les récits consignés de l'abbé Jean-Rémy Guillaume. Le jour de Pâques, les anciens découvraient pour la première fois de leur vie la grande allée et le chœur de l'église garnis de hêtres en feuilles. Mais les nuits de gelée intense des 25, 26 et 27 avril anéantirent " toutes les espérances ".

Le village le plus touché par l'épidémie de choléra. - Les beaux jours revinrent en juillet mais ils apportèrent avec eux le choléra qui fit d'affreux ravages dans la localité. Cette épidémie toucha tout le département mais Martigny fut la paroisse du canton où le choléra fit le plus de ravages. En deux mois on recensa 440 cas et la première victime, Anne Ducret, de 84 ans, décéda le 19 juillet 1854. Mais ce fléau toucha pareillement les personnes âgées, les enfants et les jeunes hommes dans la force de l'âge.

Pour apaiser ce que les habitants considéraient comme " la colère de Dieu ", on fit une procession dans les rues où on avait établi quelques chapelles en l'honneur de la Sainte Vierge. En parallèle, le cimetière qui entourait l'église paroissiale se trouva donc trop petit pour accueillir ces nombreuses victimes. C'est la raison pour laquelle on édifia le nouveau cimetière sur les hauteurs en dehors du village sur la route de Morizécourt. 1854, qui s'annonçait comme une année faste, fut donc une année néfaste pour le village car en plus de cette épidémie, ce fut la cinquième année consécutive durant laquelle " les vignes n'ont rien produit ni en qualité, ni en quantité " et au cours de laquelle " les blés n'ont rien rendu ". On peut aisément imaginer le traumatisme des habitants qui, à toutes leurs infortunes, durent ajouter celle de devoir transférer les restes de leurs ancêtres vers le nouveau cimetière. 135 - Le nombre de personnes décédées du choléra en 1854 au village, dont 113 rien qu'entre le 19 juillet et le 31 août. Dans une commune qui comptait 1 271 habitants (recensement de 1841).

484 page(s) : 12 3 > >>